Un projet du LabEx EMC3 fait la une de la revue Science

Les résultats des travaux menés, en partie, dans le cadre d’un projet soutenu

par le LabEx EMC3 font la couverture de la prestigieuse revue Science ce 13 janvier 2017.

De nombreux composés organiques et inorganiques ne forment que de très petits cristaux dont les structures ne peuvent être déterminées par diffraction des rayons X et des neutrons. Grâce à l’utilisation de la théorie dynamique de la diffraction appliquée à l’analyse de données de diffraction des électrons, les structures d’un composé organique (paracétamol) et inorganique (aluminophosphate de cobalt) ont pu être déterminées à partir de cristaux de taille inférieure au micromètre.

Cette approche permet de détecter même le plus léger des atomes : l’hydrogène (représenté par des halos lumineux sur la couverture du magazine). Ces travaux ouvrent la voie vers une large utilisation de la diffraction des électrons pour la détermination de la structure des solides cristallins à une échelle inaccessible par diffraction des rayons X ou des neutrons.

A l’origine de ce travail se trouve le projet de recherche NICE (Normandy Initiative for Crystallography using Electrons) porté par Philippe Boullay (CRISMAT) impliquant les laboratoires CRISMAT, LCS et CIMAP. C’est dans ce cadre que les chercheurs du CRISMAT (P. Boullay, O Pérez et S. Petit), du LCS (S. Mintova et M. Zaarour) et L. Palatinus de l’Académie des Sciences de République Tchèque ont conduit les recherches sur le composé aluminophosphate de cobalt.

Ici le lien vers le communiqué de presse CNRS

Illustration: C. Bickel / Science ;
L. Palatinus et al., Science (2017)

 

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.